Intime Étymon

 

INTIME  ETYMON

Aphorimes / Nomen Omen

Editions des Aonides, 2018
134 pages
Prix : 9 Euros

COMMANDE

 

Puisque l’aphorisme, suggère Milan Kundera, peut être perçu comme une forme poétique de la définition, il s’agira ici d’un sous-genre ou plutôt d’un surgeon de cette forme même. L’omission du « s » n’est donc pas une coquille, ni la substitution oulipienne dite aussi locurime. Le vocable est appelé à faire écho à la tradition des proverbes et sentences rimés, des conjurations kamtchadales, mais également au métabolisme associatif de Jean-Pierre Brisset, aux contrepoèteries de Rrose Sélavy et à certaines gloses de Michel Leiris.

Oubli et mémoire de lui-même, le mot se dépose, se recompose pour remonter à sa source, à ses racines, tout en se ramifiant et bourgeonnant en quête d’une mutation possible ou improbable, ce qui vaut en premier lieu pour le nom du poète. Nomen omen : sans doute n’ont-ils pas tort ceux qui, depuis l’Antiquité platonicienne, ont entrevu dans le nom un condensé du destin. À la fois baptême, bilan et anticipation, car ce n’est qu’avec la mort que s’ouvre la cage du nom – pour le laisser s’envoler dans une sorte de danse rituelle ou virtuelle, à la façon de la nostalgie radieuse suivant l’orgasme

« L’aphorisme, ce sont des points qu’aucune ligne ne relie », note le poéticien russe Mikhaïl Gasparov en citant je ne sais plus qui. Dans le cas de l’aphorime, c’est la rime papillonnante qui cherche à relier les points. Rrose, certes, nous avait prévenus : jeux de mots, jets mous. Mais on sait aussi que les jeux de mots sont aptes à traduire, peut-être même à adoucir ou guérir certains maux du je – doublets d’amour et de haine, gènes constellés des Gémeaux –, parce que, justement, ils mettent en question et remettent en jeu ce qui fonde l’homme même : le verbe fait chair. Telle est la principale raison d’être de cette Volksetymologie portative et intime. Aphorimes, les rimes de mes affres.


Ce livre est dédié à Fernando Arrabal

 

Extrait

 

La monade fondant mon nom, c’est un nomade fondu à l’herbe, au sable, et qui célèbre ses démons.

                                                                           *
D’un œuf de quelle hydre, Seigneur, est née l’idée neuve du bonheur ?

                                                                          *
Pulpe de l’anagramme, catapulte mon âme sur l’agora des onagres.

                                                                         *
Depuis toujours otage d’un autre âge, hors du temps où l’on naît et gît, je n’aurai nostalgie que des dieux jetant un os à nos orgies.

                                                                        *
L’étoffe des rêves nous étouffe ou nous innerve. Mais bienvenue la sève du rêve le plus nu.

                                                                      *
Saint-Pol, roux coquelicot, dans quel lit à l’aube ton chant de coq laissait-il un écho ?

                                                                      *
Malheureux qui revêt ce qu’un autre a rêvé.

                                                                      *

Vestales, de vos tiges si vertes il n’est resté que des vestiges. Pourtant, l’homme en a toujours le vertige.

                                                                      *
Savoir mûrir pour se voir mourir ? Défense de défroisser l’enfance.

                                                                     *
Au fond de toi, anonyme, l’âme qui ânonne et que tu mimes.

                                                                     *
Toute connaissance ne prend sens que par la goutte de sang qui lui donna naissance. Quand le sens croît du son, croyez-moi, sanglante est la moisson.

                                                                     *

De quel ange ou saint es-tu enceinte, ma sœur de fange et d’absinthe ?

                                                                      *
Liés comme le verbe et le songe, comme le vrai et le faux. Herbe de vérité, le mensonge est ta faux.

                                                                      *
Variation
Vérité : déjà le ver y est entré. Verve de l’été au creux de l’hiver. Tu as tout faux, pensée aphone d’un monde de vrais faunes.

                                                                       *
Qui se ressemble s’assemble puis s’ensable. Dans l’accessoire, le seul accès à soi.

                                                                       *
Fugue du déluge, contre-fugue du refuge : j’aime dans l’Arche la douceur des archets, comme si le cœur de Noé s’y était dénoué.

                                                                      *
Orphique
Leçon de ténèbres quand sous l’herbe renaît le son éteint de l’Hèbre.

                                                                      *
Qui pour un diable humain a milité, en a-t-il plus d’humilité ? De l’orgueil à la morgue, rien qu’un pas que la mort cueille.